Je suis intervenue vendredi dernier lors d’un atelier data organisé par LeChaudron.io au sein de la maison des Compagnons du Devoir de Nantes. Chacun pouvait en pousser la porte à l’heure du déjeuner et en profiter pour en savoir plus sur cette fameuse Data.

Nous avons pu échanger sur quelques idées reçues et notions importantes sur la data :

  • La data n’est pas un phénomène récent : nous produisons de l’information depuis toujours, nous la transmettons, la partageons et l’utilisons pour vivre et travailler ensemble. Le fait qu’elle soit numérisée ne change pas le fait que nous sommes déjà tous concernés.
  • La data, c’est avant tout des choix politiques et organisationnels : ouverture, accès, finalité. Elle est synonyme de pouvoir et doit être l’affaire de chaque citoyen pour rester libre et maître de son destin dans une société numérique où les interactions humains-machines se multiplient.
  • La data doit être de qualité pour être utile et utilisée. Nous sommes revenus sur quelques critères comme l’exhaustivité, la cohérence, l’accessibilité ou l’interopérabilité, et comprendre ces principes de base permet de s’y mettre pour pouvoir profiter des avantages de la data par la suite.

Après quelques questions et retours d’expérience des participants, nous en avons conclu ensemble que la data était le nouveau langage du monde. Savoir le lire et l’écrire est indispensable pour participer aux choix de la cité, réinventer son métier et communiquer dans un monde numérique reposant sur la data.

La data est l’affaire de tous : tous concernés, tous légitimes, tous intéressés par l’avenir du vivre et communiquer ensemble.